Catherine Painvin, créatrice de Tartine et Chocolat

L’histoire de Catherine Painvin m’a fait l’effet d’un électrochoc. Découverte complètement par hasard, j’ai été enthousiasmé par l’histoire de cette femme surprenante. Femme entrepreneur également, dans le même milieu qui est la mode qui plus est, j’ai été emballée à l’idée d’en apprendre plus sur cette femme qui, partie de rien, à monter une des rares marques de luxe pour enfant: Tartine et Chocolat.

Catherine Painvin : son histoire, son background

Catherine est née en 1947. De milieu modeste, elle se marie vite et a des enfants assez jeune. C’est pour faire face aux difficultés financières de ses parents que Catherine commence inconsciemment à entreprendre. A 7 ans déjà, Catherine ramassait des coquillages à marée basse l’été pour les transformer en poupées. Ces poupées étaient ensuite revendues à des boutiques.

Le parcours entrepreneurial de Catherine Painvin

Grossir petit à petit: exemple d’une acharnée de travail

A 17 ans, elle a son premier enfant. Pour subvenir au besoin de sa famille, elle se met à créer et vendre des accessoires en tissus. A 20 ans, elle a 3 enfants et fonde alors sa première entreprise de décoration. Elle travaille les patrons, les couds, bricole, livre, vends sur les marchés. Les commandes s’accumulent. C’est une masse de travail incroyable. Mais elle n’abandonne pas. Même à quelques heures de son accouchement, elle travaille sur une commande de boîtes d’allumettes.

Elle enchaîne et son affaire se développe notamment grâce à des sets de table en plastique orange ou vert en forme de pommes ou des plats avant-gardistes. Ses sets s’arrachent dans le monde entier et des millions d’exemplaires sont vendus. A 23 ans, elle gère une centaine d’ouvrière et a une entreprise à portée mondiale. On est alors en 1970.

Naissance de Tartine et Chocolat

Si sa vie professionnelle se porte bien, sa vie personnelle n’est pas au même niveau. En effet, son mari de l’époque est un vrai coureur de jupons. A 27 ans, elle décide de tout quitter : mari et boîte. Elle emmène ses enfants et entre dans une période hippie de 2 ans.

C’est en voyant les enfants de Jackie Kennedy sur la plage qu’elle trouve l’idée de sa prochaine entreprise : une marque de luxe pour la mode enfantine.

Elle s’inspire alors du nom que les enfants lui donnent à elle et son mari du moment et invente la marque « Tartine et Chocolat ».

A ce moment là, malgré le succès de sa première entreprise, elle ne dispose cependant pas des fonds nécessaires pour enregistrer la marque. C’est en croisant par hasard sur le chemin du retour qu’elle croise un ancienne connaissance qui lui prête l’argent nécessaire pour débuter.

Vendre du luxe

Elle recontacte les usines, les ouvrières et les personnes avec qui elle a travaillé pour sa première affaire. Les débuts sont artisanaux. Elle travaille sur des patronages cartons et fait des petites séries.

Plus qu’une ligne de vêtements, elle crée un vrai univers. Elle vend en plus des vêtements, des bavoirs et divers autres accessoires dont a besoin d’une jeune maman. Sa première collection est composé de 25 items dans des tons roses et bleus.

Pour sa distribution, Catherine sait exactement ce qu’elle veut : être vendue dans la meilleure boutique de puériculture du moment. Le directeur n’a pas le temps de la recevoir ? Qu’à cela ne tienne ! Elle lui laisse quelques items à l’accueil à son attention avec le numéro pour la joindre. Il la rappelle le lendemain : il avait tout vendu. Avec l’argent qu’elle a récolté, elle reproduit d’autres modèles. Et de fils en aiguille, la marque devient de plus en connu.

Tartine et Chocolat : Une ambition internationale

Catherine a ,dès le début, comme avec l’ensemble de ses projets, une ambition internationale. Pour Tartine et Chocolat, elle vise le monde et inscrit naturellement sur le corner de la marque « Paris New York, Tokyo ».

Des japonaises intriguées lui demandent alors où se trouve la marque à Tokyo. Elle leur répond que c’est l’ambition mais que Tartine et Chocolat n’y est pas encore. Il s’acère que ces japonaises étaient des acheteuses pour les magasins Seibu. C’est ainsi que Catherine décroche son premier contrat et l’étranger et crée sa première licence.

Après le Japon, viendra la Corée et d’autres pays.

Son entreprise Tartine et Chocolat fera plusieurs centaines de millions par an. Elle enchaînera les licences. Elle fera du parfum, des poussettes et impose sa marque dans l’univers de la puériculture.

Elle habillera les bébés enfants du monde entier, créera un environnement assorti de peluches ultra douces, puériculture, et surtout l’eau de toilette PTISENBON, encore leader à ce jour.

Tartine et Chocolat : le début de la fin

Dans les années 2000, Tartine et Chocolat cartonne et Catherine Painvin a une bonne notoriété. Mais à nouveau, sa vie connaîtra des déboires sentimentaux.

Elle divorce de Bernard Painvin et son niveau de santé décline. Profitant de ses instants de faiblesse, le nouveau patron de sa license en Corée change la marque de Catherine en Corée. « Catherine Painvin présente sa nouvelle marque Alfonso ».

En 1 an, le nom des 120 magasins et corners de la marque avait changé. Tartine et chocolat n’existait plus en Corée. Commence alors un cauchemar sans nom pour Catherine qui enchaîne rendez-vous sur rendez-vous, tantôt avec des avocats, tantôt avec des franchisés ou la presse. La perte des revenus des licences était colossale.

En 2004, elle prend la décision de vendre l’entreprise. Entre trahison et naïveté, elle cède ses parts pour une bouchée de pain.

Le comptoir d’Aubrac

En 1992, Catherine revient à son premier métier et, toujours très attirée par la décoration crée EVERWOOD marque de meubles, chambres, plaids en lainage et fausses fourrures et autres objets déco. Elle confie le développement à son fils Nicolas et sa femme Emma.

En 2000, elle ouvre à Aubrac, dans un village de 3 habitants, une maison d’hôtes hors normes, qui fait l’objet de 20 reportages télévisés et 700 pages dans les plus beaux magazines de décoration nationaux et internationaux.

En 2004, après la vente de Tartine et Chocolat, son monde s’écroule. Sa santé se détériore. La leucémie est déclarée.

Elle décide de se retrancher derrière son havre de paix : le Comptoir d’Aubrac, qu’elle transforme en vraie maison d’hôtes. Elle y reçoit des célébrités, des artistes, des écrivains, des industriels ou amoureux anonymes du monde entier, en quête d’originalité.

Ces derniers repartent les bras chargés de ses créations qu’elle vend dans son incroyable boutique / salon de thé de 200m2 perdue sur le plateau d’ Aubrac : Plaids, rideaux, coussins, édredons, photophores, lampes et chandeliers, sets, nappes, serviettes, paniers et cabas customisés s’envolent à peine mis en vente.

Ses créations exclusives deviennent peu à peu des œuvres d’art.

Une artiste dans l’âme

De 2009 à 2012, elle devient conseillère artistique de JACADI.

En 2014, COTE TABLE lui commande des collections de vaisselles et linge de maison.

En 2015, forte de ses 15 années d’expérience au Comptoir et dans sa maison privée d’Aubrac, elle lance des séminaires de décorations de tables d’exception.

Une femme reconnue, populaire et récompensée

Tout au long de sa carrière, Catherine Painvin se voit récompensée à plusieurs reprises.

En 1985, elle reçoit le Prix Veuve Clicquot de la Femme d’Affaires en France.

En 1996, c’est L’Enseigne d’Or qui récompense son travail.

En 1998, on lui décerne le prix de Femme en or.

En 2001, Star Group USA la nomme Leading Woman, entrepreneur of the year (femme entrepreneure de l’année).

En 2002, Jacques Chirac la fait Chevalier de la légion d’honneur.

En 2004, elle reçoit le prix Talent du luxe.

Enfin en 2012, François Hollande la nomme Officier de la Légion d’honneur.

Ce qu’il faut retenir de son histoire

On peut commencer petit et finir par jouer dans la cour des grands à force de travail et de persévérance.

Pour créer du luxe, il faut faire rêver et le packaging est aussi important que le produit lui-même. Catherine Painvin l’a bien compris en faisant de sorte à ce que sa marque Tartine et Chocolat soit vendue dans une des plus belles boutiques de puériculture de la capitale.

La licence peut être un axe de développement très intéressant. Cela donne de la visibilité à l’internationale. Vous développez votre image et votre emprise sans pour autant avoir à gérer la logistique et la production à échelle mondiale. Mais pour le faire, il faut avoir une image enviable et reconnaissable. Le style Tartine et Chocolat était très reconnaissable et unique à ce moment là.

Amour et affaires ne font pas toujours bon ménage. Toutefois, si cela n’a pas marché pour elle, cela ne veut pas dire que c’est impossible. Il y a plusieurs couples entrepreneurs qui y arrivent très bien.

Les femmes entrepreneures ont de la ressource.

Ressources sur Catherine Painvin

Bibliographie

Catherine Painvin a écrit un livre sur son histoire. Un peu à son image, il est dense en information et empreint d’émotion. Cela reste une lecture éducative d’une femme entrepreneure qui a réussi là ou de nombreuses personnes échouent.

Si vous souhaitez acquérir les livres, n’hésitez pas à cliquer sur les liens ci-dessous qui sont des liens affiliés. Cela ne vous coûte rien en plus et n’augmente pas les prix, mais de mon côté, ça m’aide à percevoir des petites commissions qui me permettent de payer le site ci-présent et continuer de créer du contenu intéressant pour vous.

Quelques autres articles et ressources sur Catherine Painvin

Site officiel de Catherine Painvin : https://www.catherine-painvin.com/

Entrevue de Catherine Painvin avec Génération DIY : https://soundcloud.com/generation-do-it-yourself/40-catherine-painvin-tartine-et-chocolat-entrepreneur-depuis-50-ans-et-toujours-a-fond

Le Comptoir d’Aubrac : https://www.tripadvisor.com/Hotel_Review-g1104821-d609312-Reviews-Chambre_d_Hotes_Catherine_Painvin-Saint_Chely_d_Aubrac_Aveyron_Occitanie.html

Tartine et Chocolat : https://www.tartine-et-chocolat.com/fr-fr/

Compte instagram de Catherine Painvin : https://www.instagram.com/catherinepainvin/

Compte facebook de Catherine Painvin : https://www.facebook.com/catherine.painvin.1

Laisser un commentaire