Jessica Alba, fondatrice de The Honest Company

Aujourd’hui, j’aimerais vous parler de Jessica Alba. Si elle est surtout connue pour ses talents d’actrices, c’est aussi une entrepreneuse incroyable et inspirante à la tête de ce que je considère comme une des plus belles entreprises BtoC aujourd’hui.

The Honest Company emploie aujourd’hui plus de 400 personnes et est considérée comme une vraie licorne dans l’industrie de la puériculture et de la beauté.

Nommée « Entrepreneuse la plus riche des États-Unis » par Forbes en 2016, Jessica Alba, malgré tous ses succès, est une femme très humble. Découvrez le portrait de cette jeune femme aux milles talents.

Jessica Alba : son histoire, son background

Enfant de militaire

Jessica Alba est née le 28 avril 1981 dans la ville de Pomona, en Californie. Son beau métissage vient de son ascendance québecoise et danoise de par sa mère et des origines mexicaines de son père. Elle a aussi un jeune frère avec qui elle est très proche.

Plus jeune, elle souffrait de maladies respiratoires et d’hyperactivité. À chaque fois qu’elle attrapait froid, elle se retrouvait à l’hôpital pour 2 semaines.

Son père, hispano-américain, était militaire et souvent sujet à des mutations. Aussi, la famille a souvent été amenée à bouger : Mississipi, texas et Californie. Son père avait un emploi du temps occupé et sa mère avait plusieurs jobs. Aussi, ses grands-parents sont rapidement devenus une figure d’autorité à la maison et ont été de vraies sources d’inspirations pour elle.

Ses débuts d’actrice

Jessica voulait devenir actrice très jeune. Ses parents l’ont d’ailleurs encouragé dans son ambition. À 11 ans, elle participe à un concours et remporte un an de cours de théâtre.

En 1993 elle joue dans son tout premier film. Celui-ci s’appelle Camp Nowhere, un film dans lequel les enfants s’inventent un camp d’été et cherchent à convaincre leurs parents de les envoyer là bas.

Par la suite elle apparaît dans des publicités pour Nintendo et J.C Penny, et joue dans quelques films indépendants.

Un succès hollywoodien

En 1994, elle apparaît plusieurs fois dans la série « The secret world of Alex Mac ». Mais c’est la série « Les nouvelles aventures de Flipper le dauphin », dans laquelle elle joue le rôle de Maya Graham de 1995 à 1997, qu’elle connaît sa première percée.

En 2000 – 2001, elle obtient le rôle principal dans la série post-apocalyptique dirigée par James Cameron, Dark Angel. Malgré un succès évident, la série n’est pas renouvelée par manque de budget. Peu importe, Max Guevara la propulse sur les écrans. En 2003, elle joue la danseuse chorégraphe de Honey. Elle enchaîne en 2005 avec Sin city et Les 4 fantastiques. Elle jouera aussi dans le remake américain de The Eye.

Le Parcours entrepreneurial de Jessica Alba

La découverte du besoin

Enceinte de son premier enfant en 2008, Jessica développe des problèmes d’allergie suite à l’utilisation d’un détergent supposément doux pour les enfants. Ses amis lui avaient organisé une baby shower. Elle souhaitait simplement laver les vêtements de son futur bébé.

« Je me suis dit : “Et si mon bébé a une allergie et que je ne m’en aperçois pas ? et si sa gorge gonfle et qu’il n’arrive plus à respirer ?” J’ai eu peur parce que j’étais tout le temps malade quand j’étais petite. »

Suite à cet incident, elle commence à son renseigner sur la composition des produits destinés aux enfants et aux parents. En faisant ses recherches, elle découvre que la plupart de ces produits contiennent des substances chimiques et potentiellement toxiques.

En tant que jeune parent, elle se rend compte qu’elle a beaucoup de mal à trouver une marque pour enfant transparente et dans laquelle elle pouvait avoir confiance.

« Je me suis intéressée à cette industrie simplement parce que je voulais que ce type d’entreprise existe pour le parent que j’étais. »

Trouver les partenaires clés

Jessica contacte alors Christopher Gavigan, l’auteur du best-seller « Healthy Child, Healthy world: creating a cleaner, greener, safer home », livre qui a été un vrai guide pour elle dans ses premiers pas dans ce nouveau style de vie. À la tête depuis 7 ans de l’organisme à but non lucratif Healty Child, Healthy world, christopher dénonce les problèmes de l’industrie et donne les clés pour bien choisir ce qu’on utilise.

Elle le convainc de s’associer à elle pour créer la solution, la marque qui répondra aux exigences de parents en quête de produits plus sains et écologiques pour leurs enfants.

Ils travaillent ensemble pendant plus de 8 mois à développer une gamme de produits d’entretien et de soin pour parents et jeunes enfants. Une fois la formulation mise au point, ils vont voir Brian Lee, un serial entrepreneur chevronné dans le domaine du BtoC et dans les modèles à abonnement.

Ce dernier, déjà a la tête de Legalzoom et ShoeDazzle (avec Kim Kardashian) n’avait pas été convaincu par le pitch et les 50 pages de ppt de Jessica en 2009. Mais quand en 2011, elle revient armée de faits concrets, Brian Lee, qui venait d’avoir son deuxième enfant et sensible alors à ces nouvelles informations, les rejoint dans leur aventure.

Ils réussiront aussi à convaincre Sean Kane, un autre investisseur et surtout un spécialiste du commerce de produits à prix bas avec Pricegrabber.com. Un autre investisseur, dont le nom est gardé secret, mettra également la main au portefeuille. C’est avec 6 millions de dollars en seed que les associés préparent le lancement de cette startup.

The Honest Company

Lancement de la marque

The Honest Company se lance en janvier 2012 sur un modèle de box à abonnement.

Les produits, tous à base de plantes et non testés sur des animaux, sont aussi abordables en terme de budget et ont un look désirable. Sur les recommandations de Jessica, ils développent un design original, coloré et mignon, susceptible de plaire aux jeunes mamans et aux familles modernes. Les premiers produits sont notamment des couches à imprimés léopard, étoilés ou fraises. Le modèle de box de couches et de lingettes proposés à 79.95$ fait mouche.

Dans cette box, les associés proposent également tout ce qu’un parent peut avoir besoin pour un enfant. De la lessive aux couches, The honest company propose non seulement des produits sains et écologiques mais aussi une sélection qui répond à tous les besoins des parents.

Succès et accélération

En Septembre 2012, après le succès des premiers mois, ils se rendent compte que ces produits attirent d’autres types de clients que des jeunes parents. Il y a une vraie demande pour des produits plus sains, plus écologiques et abordables. Aussi, ils ouvrent leur modèle et propose leurs produits en ligne sans nécessairement avoir besoin d’un abonnement.

Fin 2012, The Honest company enregistre plus de 10 millions de dollars en vente. En 2013, l’entreprise est évaluée à 50 millions de dollars. L’année suivante, ils triplent leur chiffre d’affaire, une vraie licorne.

En 2015, l’entreprise se diversifie et commence à vendre des produits cosmétiques. S’ils ont un connu une première crise avec leur introduction en Corée du sud, The Honest Company est de nouveau sur la pente montante. En 2016, l’entreprise compte un chiffre d’affaire de 250 millions et en 2017, elle est évaluée à plus d’1 milliard de dollars.

Ce qu’il faut retenir sur son histoire

The Honest company : les clés du succès

Le bon moment

The Honest company est arrivé à un moment ou le monde commençait à prendre conscience de l’impact de la grande consommation sur la santé et l’écologie. Les gens étaient en recherche de plus de transparence et de produits plus écologiques et plus doux pour leur corps. Il y avait un manque sur le marché comme a pu le constater Jessica Alba. Leur gamme de produits répondait à un vrai besoin et une vraie demande.

Par dessus tout, la mission de la marque est claire. Les valeurs plaisent et les consommateurs se retrouvent dans cette communauté.

Il faut noter aussi que l’entreprise s’est lancée quand internet et les réseaux sociaux se développaient fortement. Facebook était en pleine expansion, tout comme l’e-commerce. Les modèles à abonnement étaient également à la mode et les consommateurs étaient habitués à ce type d’offre. La marque sait faire bon usage des réseaux sociaux. Et le résultat est là car la plus grande partie de leur chiffre d’affaire s’est effectuée grâce à leurs ventes en ligne.

Les bonnes personnes réunies autour d’une même mission

The Honest company partait avec de bonnes bases et des associés complémentaires, compétents et solides.

Jessica Alba, même si sa carrière hollywoodienne connaissait quelques bas, était une célébrité, adulée et suivie par de nombreuses personnes. Sa notoriété lui a permis notamment d’attirer facilement l’attention des médias. De plus, elle était la consommatrice cible type de la marque et c’est beaucoup plus simple de créer des produits adaptés à sa cible quand on est soi-même la cible.

Christopher Gavigan était un expert des produits sains et écologiques. Nul doute qu’il a été une personne clé pendant la phase de formulation.

Brian Lee avait déjà rencontré beaucoup de succès avec l’e-commerce. Il en connaît les pratiques et les techniques pour lancer et développer de telles entreprises. De plus, c’était une figure connue des fonds d’investissements, ce qui peut aider pour séduire les Venture Capitalists. The honest company, au travers de toutes ses années, a notamment fait 7 levées de fonds totalisant près de 530 millions de dollars.

Enfin, Sean Kane est un spécialiste de la vente de produits abordables dans le BtoC. Il sait faire bon usage du FOMO et maîtrise la vente en ligne.

De l’argent sur la table

The honest company a démarré avec un budget de 6 millions de dollars et a été refinancée à plusieurs reprises.

Pour affronter des géants comme Procter & Gamble ou Kimberly-Clark, ce n’est pas une somme si énorme, surtout à l’échelle des états-unis. Mais c’est certain que c’est un budget qui paraît colossal par rapport à l’investissement initial que peuvent mettre les entrepreneurs comme vous et moi.

Ainsi, ils ont pu investir ainsi dans de massives campagnes Facebook pour communiquer sur leur mission et leur offre. Leur modèle étant aussi basé sur de l’abonnement, chaque client acquis amenait une récurrence. C’est la garantie d’avoir des entrées d’argent sur plusieurs mois. C’est donc synonyme de liquidité, ce qui est clé dans tous business,

Jessica Alba, les secrets de ses succès

Libre financièrement, une motivation de fond

Vivant dans une maison avec deux générations, Jessica se rend rapidement compte que la solution pour échapper à la tradition est de devenir financièrement indépendante. L’argent est, pour elle, un moyen de vivre avec ses propres règles et d’être elle-même.

Elle a commencé sa carrière d’actrice très jeune. La présence d’un adulte étant obligatoire sur les plateaux, ses revenus d’actrices devaient pouvoir compenser le salaire que sa mère ne pouvait pas gagner en l’accompagnant. Sa famille était modeste, et l’argent était souvent un sujet de dispute.

« Je n’avais pas de relations. Rien n’était plus important que le travail »

Elle conçoit sa carrière hollywoodienne comme une vraie entreprise, recherchant des rôles dans des franchises à gros budget.

Une discipline de fer et un sens du jusqu’au boutisme

Jessica Alba a aussi une discipline de fer. Que ce soit pour sa carrière d’actrice ou dans ses projets entrepreneuriaux, elle n’hésitait pas à se plonger dans le travail.

Pendant le tournage de Dark Angel, l’actrice travaillait près de 86 heures par semaine. Elle a réalisé elle-même la plupart des cascades et n’a jamais reculé devant un combat.

Quand elle a commencé à travailler sur Love & Honor, le premier nom de The Honest Company, elle a fait des recherches intensives sur le sujet. Quand elle découvre que les États-unis n’interdit qu’une douzaine de produits toxiques quand l’Europe en interdit plus de 1300, elle va au Congrès pour demander aux élus de soutenir une proposition de loi sur les produits chimiques.

Ne pas s’arrêter aux premiers refus. Les bons moments viendront.

Comme beaucoup d’actrices, Jessica a perdu autant de rôles qu’elle en a gagné.

« Les gens doutaient de mes qualités d’actrice et c’est quelque chose qui m’a motivée »

En 2009, pour lancer son projet, Jessica commence à pitcher son idée auprès de Brian Lee. Cependant, elle ne réussit pas à le convaincre. Elle essuie également des « nons » auprès de deux autres investisseurs potentiels. Mais, cela ne l’arrête pas et revient à la charge 2 ans plus tard.

« Les actrices ont l’habitude des refus »

En 2011, Brian Lee vient d’avoir un deuxième enfant et sa femme cherche frénétiquement à assainir leur maison. Jessica revient avec un pitch plus concis sur 10 pages qui lui donne envie de la rejoindre dans sa mission.

« Si c’était si facile, tout le monde le ferait. Il faut être un peu fou et ne manquer ni de jugeote ni de ténacité. La plupart des gens abandonnent au premier obstacle. Pour les entrepreneurs, s’il n’existe pas de chemin, il faut l’inventer. On brise le béton ; on balance de la dynamite ; on trouve une solution. « 

Être bien entourée

Jessica Alba sait bien s’entourer, à commencer par son mari. Cash Warren est un entrepreneur également. Il l’a encouragé dans la création de The Honest company. C’est d’ailleurs lui qui lui a présenté Brian Lee, son futur cofondateur et investisseur.

« Je ne connaissais personne qui savait comment monter un business. C’est mon mari, Cash Warren, qui m’a présenté mon futur associé. J’avais les idées, et c’est lui qui a défini les grandes lignes de la société. Il a fallu trouver des partenaires. Le truc, c’est de s’entourer de gens plus intelligents que vous… »

Ses associés sont également des pointures dans leur domaine et ont contribué au succès de l’entreprise.

« Quand je tombe sur quelqu’un qui peut me donner des tuyaux, je fonce. Avant, j’étais gênée, j’avais peur de déranger. Ou de passer simplement pour une débutante. Mais aujourd’hui, je ne culpabilise plus. Je peux frapper aux portes ou décrocher mon téléphone : “On devrait prendre un café. Je voudrais vous poser des questions à propos de la façon dont vous gérez tel ou tel problème.” 

Croire en ses idées

« Rien n’est acquis, c’est un combat sans cesse renouvelé. La clé, c’est de croire en soi. C’est uniquement avec cette confiance en soi qu’on peut convaincre les autres de nos capacités. Si la bataille est rude, au moins on part avec un certain punch. »

Ressources sur Jessica Alba

Ressources et articles intéressants sur son aventure entrepreneuriale

Jessica Alba gets honest about business : https://www.youtube.com/watch?v=sJyxwnwUpXE

Jessica Alba and Christopher Gavigan, an exclusive behind-the-scenes interview at the Honest Company, 2012 : https://www.youtube.com/watch?v=a_BJ2BThq1s

Founder’s stories with Jessica Alba and Brian Lee, by TechCrunch, Septembre 2012 : https://www.youtube.com/watch?v=wZchcGX1hYI&t=1465s

The Honest company, Jessica Alba’s Eco Empire, par NBC News, 2014 : https://www.youtube.com/watch?v=tv-S_Udd6KY

L’article de Forbes sur The Honest company, en 2015, par Clara O’connor (Anglais) : https://www.forbes.com/sites/clareoconnor/2015/05/27/how-jessica-alba-built-a-1-billion-company-and-200-million-fortune-selling-parents-peace-of-mind/#10beff1042b4

Jessica Alba, les secrets de la licorne, Par Carter Smith pour le Vanity Fair, en 2016 : https://www.vanityfair.fr/culture/people/articles/jessica-alba-le-secret-de-la-licorne/31209

Jessica Alba nous révèle les clés de sa réussite, par Cosmopolitan : https://www.cosmopolitan.fr/,jessica-alba-nous-revele-les-cles-de-sa-reussite,1961496.asp

The Rise, fall and rise again of the Honest company, par Sam Hollis, en 2018 : https://jilt.com/blog/honest-company-adversity/

Jessica Alba on How to start living your damn life, Wide Open with Tony Gonzalez : https://www.youtube.com/watch?v=hi2fGwm_zLQ

Site internet de The Honest Company : https://www.honest.com/

Compte Facebook de la marque : https://www.facebook.com/Honest/

Page Instagram de la marque : https://www.facebook.com/Honest/

Compte Twitter de la marque : https://twitter.com/honest?lang=en

Page Linkedin : https://www.linkedin.com/company/the-honest-company/

Filmographie de Jessica Alba

Les séries télévisions dans lesquels Jessica Alba a joué

  

1994 : Les Incroyables Pouvoirs d’Alex : Jessica (saison 1, épisodes 1, 2 et 5) : La Vie à tout prix (Chicago Hope) : Florie Hernandez (saison 2, épisode 18)
1996 : ABC Afterschool Specials : Christy (saison 25, épisode 1)
1995 – 1997 : Les Nouvelles Aventures de Flipper le dauphin : Maya Graham (44 épisodes saison 1 & 2)
1998 : Brooklyn South : Melissa Hauer (saison 1, épisode 12)
1998 : Beverly Hills 90210 : Leanne (saison 8, épisodes 23 et 24)
1998 : La croisière s’amuse, nouvelle vague : Layla (saison 1, épisode 2)
2000 – 2002 : Dark Angel : Max Guevara (42 épisodes – 2 saisons)
2003 : Rock Me Baby : elle-même (saison 1, épisode 9)
2003 : MADtv : Jessica Simpson (saison 9, épisode 5)
2004 : Entourage : elle-même (saison 1, épisode 2)
2009 : The Office : Sophie (saison 5, épisode 13)
2014 : The Spoils of Babylon : Dixie Mellonworth (saison 1, 4 épisodes)
2015 : Barely Famous : elle-même (saison 1, épisode 2)
2018 : No Activity : L’actrice (saison 2, épisode 2)
2019 – : Los Angeles : Bad Girls : Nancy McKenna (rôle principal – également productrice exécutive)

Cinéma : Les films dans lesquels Jessica Alba a joué

  

1994 : Camp Nowhere de Jonathan Prince : Gail
1995 : Venus Rising de Leora Barish et Edgar Michael Bravo : Eve jeune
1999 : P.U.N.K.S. de Sean McNamara : Samantha Swoboda
1999 : Collège Attitude (Never Been Kissed) de Raja Gosnell : Kirsten Liosis
1999 : La Main qui tue (Idle Hands) de Rodman Flender : Molly
2000 : Paranoid de John Duigan : Chloe
2003 : Amour interdit (The Sleeping Dictionary) de Guy Jenkin : Selima
2003 : Honey de Bille Woodruff : Honey Daniels
2005 : Sin City de Robert Rodriguez, Frank Miller et Quentin Tarantino : Nancy Callahan
2005 : Les 4 Fantastiques (Fantastic Four) de Tim Story : Susan Storm / La Femme Invisible
2005 : Bleu d’enfer (Into the Blue) de John Stockwell : Sam Nicholson
2007 : Charlie, les filles lui disent merci (Good Luck Chuck) de Mark Helfrich : Cam Wexler
2007 : The Ten de David Wain : Liz
2007 : Les Quatre Fantastiques et le Surfer d’argent (Fantastic Four: Rise of the Silver Surfer) de Tim Story : Susan Storm / La Femme Invisible
2007 : Meet Bill de Bernie Goldmann et Melisa Wallack : Lucy
2007 : En cloque, mode d’emploi (Knocked Up) de Judd Apatow : elle-même (caméo, non créditée)50
2007 : Awake de Joby Harold : Sam
2008 : The Eye de David Moreau et Xavier Palud : Sydney
2008 : The Love Guru de Marco Schnabel : Jane Bullard
2010 : An Invisible Sign de Marilyn Agrelo : Mona Gray
2010 : Valentine’s Day de Garry Marshall : Morley Clarkson
2010 : The Killer Inside Me de Michael Winterbottom : Joyce Lakeland
2010 : Machete de Robert Rodriguez et Ethan Maniquis : Sartana
2010 : Mon beau-père et nous (Little Fockers) de Paul Weitz : Andi Garcia
2011 : Spy Kids 4: Tout le temps du monde (Spy Kids: All the Time in the World) de Robert Rodriguez : Marissa Cortez Wilson
2013 : Les Zévadés de l’espace de Callan Brunker : Lena (voix)
2013 : A.C.O.D. de Stu Zicherman : Michelle
2013 : Machete Kills de Robert Rodriguez : Santana
2014 : Sin City : J’ai tué pour elle de Frank Miller et Robert Rodriguez : Nancy Callahan
2014 : Teach Me Love de Tom Vaughan : Kate
2014 : Stretch de Joe Carnahan : Charlie
2015 : Secret Agency (Barely Lethal) de Kyle Newman : Victoria Knox
2015 : Baby, Baby, Baby de Brian Klugman : Susie
2015 : Entourage de Doug Ellin : elle-même
2016 : Le Flingueur 2 (Mechanic: Resurrection) de Dennis Gansel : Gina
2016 : The Veil de Phil Joanou : Maggie Price
2016 : Dear Eleanor de Kevin Connolly : Daisy
2018 : El Camino Christmas de David E. Talbert : Beth Flowers
2019 : Killers Anonymous de Martin Owen : Jade

Laisser un commentaire